Pascal MOUROT, citations, plus de 40 ans au service du pluralisme de la presse et de la défense de la liberté d'expression et d'opinion en France, Paris, fr
Pascal Mourot, plus de 40 ans au service du pluralisme de la presse et de la défense de la liberté d'expression et d'opinion en France, Paris, fr
DIJON2007
Site dédié à Dijon, Côte d'Or, Bourgogne,
France. Défense de la liberté d'expression
et d'opinion en France, et du pluralisme de la presse



Le fil info des pays du monde, accès libre et gratuit.
Boycott Israël en France
     

Votre message ici ? contactez-nous vite !

 

Lanceur d'alerte à Dijon :

 Lanceur d'alerte à Dijon



Source quotidien international francophone
Fil-info-France du lundi 25 avril 2011

François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, président du Grand DijonFRANCE - LE SOMMET MONDIAL DES UNIVERSITES INTERDIT PAR LE MAIRE DE DIJON AU NOM DU PRINCIPE DE PRECAUTION SECURITAIRE : Prévu depuis plus d'un an, le Sommet mondial des universités (University Summit 2011) qui devait se tenir à Dijon du 5 au 7 mai 2011 a été "interdit" au nom du principe de précaution sécuritaire institué en matière de sécurité publique par le sénateur-maire socialiste de Dijon. Visant le poste de Ministre de l'Intérieur dans le futur gouvernement de 2012, François Rebsamen ne souhaite pas que soit ternie l'image de "sa" ville de Dijon, alors que des jeunes étrangers pourraient "troubler l'ordre public" (sic) dans le centre-ville. Alors que la France préside pour un an les Sommets des Chefs d’Etat et de gouvernement, la Conférence des Présidents d'Université (CPU) française devait organiser les prochaines rencontres internationales des étudiants, des présidents et recteurs d’université, dont le thème est en 2011 : "Développement durable et société de la connaissance". La Conférence des Présidents d'Université a déclaré que "cette annonce, intervenant à moins de 15 jours du début de l’événement, suscite l’étonnement de la part des membres du Comité international de pilotage et fait naître le doute sur la capacité de la France à assurer l’accueil et la sécurité de manifestations universitaires internationales, au moment où les universités françaises s’attachent, sous l’impulsion du Président de la République, à renforcer le rayonnement mondial de notre enseignement supérieur". Le Sommet mondial des universités était annoncé comme le "premier rendez-vous institutionnel" organisé par le tout nouveau PRES Bourgogne - Franche-Comté - Pôle de recherche et d’enseignement supérieur. Sophie Béjean, présidente de l'Université de Bourgogne, a "pris acte de la décision" annoncée sans aucune consultation par le maire de Dijon, de faire interdire au dernier moment "l’exceptionnel événement international". Membre du Grand Orient de France, François Rebsamen refuse d'accueillir cette rencontre internationale liée à la société des connaissances "qui est pourtant l'un des buts fondamentaux des francs-maçons", dénonce un élu centriste de Bourgogne. "C'est une histoire de fou", indique un proche collaborateur du sénateur-maire, qui s'inquiète des "répercussions internationales" pour la ville, suite à cette "interdiction de séjours à Dijon" des présidents et recteurs d'Universités". Après le Japon en 2008, fondateur de l'événement, Turin en 2009 et Vancouver en 2010, la France devait accueillir le Sommet mondial des universités sous forme de 2 rencontres successives. La première, maintenue, destinée aux étudiants, se déroulera du 28 au 30 avril 2011 à Besançon (Doubs). Elle sera hébergée par l’université de Franche-Comté. La seconde, accueillant les recteurs et présidents d'université, devait se tenir les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 mai 2011 à Dijon, et être reçue par l'université de Bourgogne. Une cinquantaine d’universités d’une trentaine de pays et des délégués venus des 4 continents étaient attendues en Bourgogne. Le sommet devait s’articuler sur 3 thèmes : les universités dans leur environnement géographique et socio-économique ; la mobilité internationale des étudiants et des enseignants-chercheurs ; la dématérialisation, immatériel, numérique. Tous les délégués avaient pour objectif commun et unique de "formuler une déclaration qui sera transmise à la société civile et aux responsables politiques de nos pays, de même qu'aux chefs d'Etat des pays rassemblés dans le G20". Informé à la dernière minute, le Premier Ministre François Fillon, a pris acte de la décision de François Rebsamen. NDLR. Le PRES Bourgogne Franche-Comté, Grand pôle universitaire français, s’affirme comme un levier fort pour sa région et au-delà de ses frontières, avec des membres suisses, alsaciens et champenois et des réseaux mondiaux. C’est l’un des premiers "Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur" de nouvelle génération constitué en FCS (Fondation de Coopération Scientifique) : moderne, ouvert tant aux universités et aux établissements d’enseignement supérieur, qu’au monde économique, collectivités, pôles de compétitivité, établissements médicaux et organismes nationaux de recherche. Blogger, webmaster : Conditions d'utilisations Fil-info-France

Lien permanent :
http://www.fil-info-france.com/sommet_mondial_des_universites_dijon_annule_par_francois_rebsamen.htm


Source quotidien international francophone
Fil-info-France du mardi 26 avril 2011

LE CONTRE-SOMMET MAINTENU - Le collectitif anti G8 communique :

François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, président du Grand DijonFRANCE - DIJON - LE CONTRE-SOMMET MONDIAL DES UNIVERSITES MAINTENU PAR LE COLLECTIF ANTI G8 : Prévu depuis plus d'un an, le Sommet mondial des universités (University Summit 2011) qui devait se tenir à Dijon du 5 au 7 mai 2011 a été "interdit" au nom du principe de précaution sécuritaire institué en matière de sécurité publique par le sénateur-maire socialiste de Dijon. Visant le poste de Ministre de l'Intérieur dans le futur gouvernement de 2012, François Rebsamen (photo) ne souhaite pas que soit ternie l'image de "sa" ville de Dijon, alors que des jeunes étrangers pourraient "troubler l'ordre public" (sic) dans le centre-ville. Le collectif d’organisations du contre-Sommet G8 de l’Education et de la Recherche (Alternatifs 21, AMEB, ATTAC21, ATTAC Besançon, CNT21 (Côte d'Or), Brassicanigra, CUAE, FASE, FSU21, Forum social local21, NPA21, Réseau Université Sans Frontière 21 RUSF21, RUSF Franche-Comté, SNASUB-FSU 21, SNESUP 21, Sud éducation Franche-Comté, UEC 21, UGED-FSE, Individu-e-s) maintient le contre-sommet du jeudi 5 au samedi 7 mai 2011 à Dijon. Communiqué intégral du site de l'Union Générale des Etudiants de Dijon UGED-Fédération Syndicale Etudiante de Dijon FSE : "Dans une dépêche de l’agence de presse spécialisée AEF du 21 avril 2011, la présidente de l'Université de Bourgogne (Sophie Béjean) défendait son choix d’organiser le G8 (rebaptisé "sommet mondial") des universités à Dijon. Selon elle, il n’y serait nullement question de marchandisation de l’enseignement supérieur car les pays invités ne se limitaient pas aux seuls 8 plus riches, ni même 20 plus riches de la planète. Ces propos font écho à l’attitude du président de l’université de Franche-Comté, décrite dans un article de l’Est républicain du 19 avril. Celui-ci aurait "pris ses distances avec l’impopulaire G20 politico-économique". La présidente de l’UB déclarait également avoir été "tout à fait favorable" à l’organisation d’un contre-sommet car "cela permet à la communauté universitaire de s’emparer de ces sujets et de leur donner une expression complémentaire, au-delà des seuls présidents et recteurs". Ces déclarations vertueuses de la part des deux présidents contrastent singulièrement avec les actions au caractère foncièrement néo-libéral qu’ils ont entrepris au cours des derniers mois : choix de répondre aux appels d’offre du Grand Emprunt de Nicolas Sarkozy, création d’une Fondation de Coopération scientifique, au président payé 100 000 euros, sans représentants des personnels et étudiants au Conseil d’Administration mais aux chefs d’entreprises bien présents, lancement de "l’Université fédérale" appelée à redéfinir toute la carte des formations dans un contexte de restrictions budgétaires tous azimuts, etc. Le 22 avril 2011, nous apprenions que la deuxième partie du Sommet mondial des universités est annulée, ou reportée, sur décision du maire de Dijon. Celui-ci invoque une hypothétique menace des anarchistes autonomes. Le pseudo "sommet mondial des étudiants" de Besançon devrait, quant à lui, se dérouler comme prévu du 28 au 30. Ces menaces, peut-être fantasmées, ne doivent pas masquer l’essentiel : les politiques impulsées par le G8/G20 sont néfastes et honnies par l’immense majorité de la population mondiale. Nos politiques locaux le savent bien, tout comme nos présidents d’universités. Cette annulation traduit sans doute une gêne face à l’absence de légitimité démocratique de ces grand’ messes. Les actions prévues à Besançon pour coïncider avec la première partie du sommet sont maintenues. Les débats, conférences, ateliers, tables rondes, projections, concerts prévus à Dijon du 5 au 7 mai 2011 sont maintenus. Parce que nous pensons que l’Université doit être un lieu ouvert, formant à l’esprit critique, à la réflexion, nous appelons la présidente de l’UB à nous soutenir pleinement dans cette excellente initiative ! Enfin, parce que nous pensons que la marchandisation du savoir et de l’enseignement sont néfastes, contre-productifs et rejetés par l’immense majorité de nos concitoyens, nous appelons à une grande manifestation samedi 7 mai 2011, départ 14 heures du Campus, 14 heures 30 de la Place Wilson". Plus de détails : François Rebsamen interdit la tenue du Sommet mondial des universités au nom du principe de précaution sécuritaire ; Conférence des Présidents d'Université (CPU) française ; PRES Bourgogne - Franche-Comté - Pôle de recherche et d’enseignement supérieur ; Ministère de l'éducation nationale ; Enseignement supérieur et recherche ; Fédération anarchiste ; François Rebsamen censure Google depuis 2006 Blogger, webmaster : Conditions d'utilisations Fil-info-France



LIBERTE
D'EXPRESSION ET D'OPINION, DROITS :

(sauf à Dijon ?)



Rappel des droits ( textes ) fondamentaux :


A -
"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"
- Article 19 de la
Déclaration universelle des droits de l'homme
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.

B - "Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières."
- Article 11-1 de la "
Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne". 2000/C 364/01. Nice, le 7 décembre 2000.

C - "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi."
- Article 11 de la
Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789.




Citation de Pascal Mourot, sur la presse, le pluralisme, la défense de la liberté d'expression et d'opinion en France :

"Lancer un journal c'est aussi excitant qu'envoyer une fusée vers la lune, les deux ont le même objectif, faire décoller la connaissance".

"L'autocensure et la Légion d'honneur sont les deux principales causes de mortalité chez les journalistes".

"La censure est la canne blanche des aveugles de la pensée".

"Qu'avez-vous fait lorsque l'on a commencé à censurer Internet ? Je me suis battu."

"Equilibrer les comptes d'un journal relève du funambulisme. Même Robert Maxwell a fini par toucher le fond
en voulant se reconvertir dans la nourriture pour poissons".




Pour le pluralisme et la liberté d'expression !

Soutenez Fil-info-France !

1er quotidien numérique indépendant à avoir fêté ses 10 ans en 2012 !

Quotidien international pourquoi ?







Voir la censure de François Rebsamen imposée à Dijon depuis 2006

Censure, un air de famille


Directeur de la publication :

Pascal Mourot

Contact ?


Copyright 2015